LE LIVE

Tout le live Perspectives Business Zoom Arrière

Partager

15.03.2018

L’innovation consiste désormais à conserver trois minutes d’avance... Explications.

« Il y a un siècle en prévoyant les changements à venir dans cinquante ans, on risquait moins de se ridiculiser qu'en tentant aujourd'hui de prédire ce qu'il adviendra dans cinq ans ». Ce constat lucide, émis au tout début des années 70 par Arthur Koestler, pointait un des phénomènes majeurs de la fin du XXème siècle : à savoir, l'accélération. Accélération de l'histoire, accélération technologique, accélération scientifique, accélération des mœurs et des usages : le mouvement créatif se déroulait là, sous nos yeux, vitesse grand V et vertiges garantis. L'imagination prenait le pouvoir.

Plus de quarante ans plus tard, ce n'est plus à cinq ans qu'on court le risque de se ridiculer, mais à un an, à six mois, à un mois, à quelques minutes même. Le nom de baptème de notre agence n’est pas un simple jeu de mots, mais bien un constat. L’innovation consiste désormais à conserver trois minutes d’avance. Trois petites minutes…

Alors que nous entrons (enfin) de plain pied dans le XXIe siècle et sa révolution numérique, qu’en est-il réellement de l’innovation dans le domaine qui nous concernent — à savoir la communication digitale ? Depuis le milieu des années 2000, mêmes acteurs majeurs (Apple, Google, Facebook, Twitter, You Tube), mêmes outils (PC, smartphones, tablettes, objets plus ou moins connectés) répondant chacun aux mêmes usages (les usages du consommateur). Quelques petits nouveaux ça et là, mais aucun d’importance majeure. Il semblerait que l’on ait tout inventé, ou presque. Qu'il ne nous reste plus désormais qu'à profiter des « vieilles inventions » au seul profit de la relation et du confort de l’utilisateur/consommateur ; relation et confort restant deux atouts maîtres de tout retour sur investissement.

Oui, indépendamment de la crise (économique, morale, mentale) que nous semblons traverser, il serait bon de décélérer, de prendre un peu de recul : en fin de compte de profiter de ce temps pour réellement innover. Le principe de précaution appliqué à l'innovation nous permettra ainsi d'atterrir — dans son sens le plus relaxant. Et c’est bien ce principe que les start-up’s ont parfaitement intégré ; la récente levée de fond de SigFox, utilisant un réseau cellulaire existant pour relier des objets connectés existants, en est la meilleure preuve !

C'est pourquoi tout cela — ce luxe de l'atterrissage — doit être pris en fin de compte comme une bonne nouvelle : nous avons désormais le temps d'innover.

Par avance, excellent printemps à tous !

THIERRY AOUDJA, fondateur de trois minutes d'avance