LE LIVE

30.01.2015

Il y a vingt-deux ans jour pour jour, dans un petit hameau du canton de Genève, naissait le World Wide Web.

Il y a vingt-deux ans jour pour jour, le vendredi 30 avril 1993, l’organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) à Genève, autorisait l’accés à son réseau — baptisé World Wide Web  —, et par la même occasion mettait en ligne le premier site Internet de l’histoire de l’Humanité. Il y a vingt-deux ans. Vingt-deux ans à peine.

Hébergé sur le propre ordinateur de son fondateur, Tim Berners-Leen, le site décrivait modestement les principales caractéristiques du W3, via quelques pages web spartiates, rayées ça et là de liens hypertextes d’un bleu #0000FF.

Etrange coïncidence, le CERN, célèbre pour ses accélérateurs de particules, déclencha ce vendredi-là la plus invraisemblable accélération de l’Histoire que, je crois bien, le monde ait jamais connue. Je vous ferais grâce dans ce contexte de la liste complète des évolutions du web de 1993 à nos jours. Disons simplement que cette soudaine contraction du temps, alliée au rythme effréné des innovations, devrait nous inciter dès lors à quelque relativité, à regarder finalement ce temps comme une (belle) histoire qu’il nous incombe de raconter à notre tour, encore et encore.

Preuve s’il en est qu’aujourd’hui — plus qu’hier —, posséder trois minutes d’avance s’avère un luxe inestimable.

THIERRY AOUDJA, fondateur de trois minutes d'avance